lundi 23 février 2009

Interview d'Anne Bouillé

Amis blogueuses et blogueurs !

La nouvelle interview est arrivée. Nous vous emmenons rencontrer Anne Bouillé , Attachée de conservation du patrimoine au Château des ducs de Bretagne à Nantes. Pour en savoir plus sur le château http://www.chateau-nantes.fr/


Le Centre de Doc’ : Quel est votre parcours professionnel ?

    Très vite, j'ai voulu être dans la conservation du patrimoine et donc après un bac L j'ai fait des études en histoire de l'art, j'ai un DEA, donc un ancien master recherche et j'ai fait aussi un DESS en valorisation du patrimoine et développement local, c'est les masters professionnels au Mans. Il y avait tout un volet sur comment développer une politique culturelle des territoires et à l'issu de mon master j'ai eu da la chance, j'ai trouvé du travail tout de suite à Noirmoutier et je suis rentrée comme contractuelle, je n'avais pas eu le concours encore donc c'est possible de commencer sans le concours. Après deux ans à Noirmoutier le concours s'est présenté car malheureusement il n'est pas tous les ans, il n'y a pas suffisamment de postes donc il a lieu en général tout les deux trois ans et je l'ai eu en 2003-2004 donc là j'ai été fonctionnaire stagiaire puis fonctionnaire. J'ai été titularisée en 2005.

Le CDD : Quelles sont les tâches principales ?

    C'est très différent et ça dépend beaucoup du poste où on exerce. Mon premier poste c'était la direction des musées de Noirmoutier. Donc j'étais à la direction de deux établissements : un musée château avec des collections d'histoire et un musée de la construction navale. Donc l'attaché de conservation peut avoir un poste de direction. Quand il n'y a pas de conservateur, c'est l'attaché de conservation qui dirige. Soit quand il n'y a pas de conservateur pour un temps précis d'intérim, soit sur une petite structure. Il n'y aura pas forcément de conservateur à la tête de chaque musée. Donc j'avais ce poste de direction. Depuis que je suis à Nantes plus du tout. Je n'encadre plus du tout de personnel. Quand on est très nombreux dans un établissement, on se partage en fait en petites missions. Moi, je suis vraiment à l'étude des collections, je fais de la recherche en fait. Donc je travaille sur les collections, les 50000 objets qu'on a plus des études plus pointues sur nos projets d'acquisitions, qu'est ce qu'on a envie de développer comme collections. On est beaucoup portés sur l'histoire de Nantes donc on a encore beaucoup de choses à faire sur le plan industriel.

Le CDD : Quels sont les débouchés dans ce secteur professionnel ?

    La filière de conservation du patrimoine en France c'est quelque chose qui relève vraiment de l'État, des fonctionnaires. Il y a très peu de musées privés en France, ce n'est pas quelque chose qu'on connait beaucoup alors qu'à l'étranger par exemple aux États-Unis il y a beaucoup de musées privés, des choses qui peuvent vraiment relever du privé donc pas forcément de compétences avec un diplôme, n'importe qui à la limite pourrait devenir conservateur de musée. En France pas du tout. Donc il y a toute une filière, les conservateurs tout en haut, les attachés de conservation, après il y a pleins d'autres métiers accessibles à bac, bac + 2, ou + 3 aussi, les attachés, assistants qualifiés, assistants de conservation, agents du patrimoine. Tous ces métiers là nécessitent des niveaux de professionnalisation différents donc les débouchés, quand on commence tout en bas, c'est de monter. On peut avoir les concours internes mais tous les postes sauf tout en bas, agent du patrimoine, c'est des métiers auxquels on accède par concours donc les débouchés c'est toujours par concours interne et puis progresser jusqu'à devenir conservateur pourquoi pas, même s'il y a très peu de postes. Mais la plupart d'entre nous ont commencé assistant qualifié par exemple, qui est un poste de catégorie B dans la fonction publique, accessible au bac et qui passe ensuite le concours d'attaché en interne, en tout cas c'est faisable et il y en a beaucoup qui le font. Sinon, il y a des gens qui se réorientent on va dire soit vers l'enseignement en fac plutôt, histoire de l'art ou histoire mais on ne peut pas dire que ce sont des débouchés au sens strict, c'est plus une réorientation professionnelle.

  Le CDD : Quelles sont les compétences requises pour ce métier ?

    Il faut une sensibilisation, une curiosité sur les choses du patrimoine. C'est plutôt un métier littéraire, il faut souvent rédiger des choses, il faut lire beaucoup de choses, beaucoup d'études, beaucoup d'essais, beaucoup d'études d'historiens donc il faut aimer lire, et puis il faut des compétences relationnelles aussi,il faut aimer apprendre des choses aux gens. Après, en fonction du poste, on peut avoir des compétences techniques, notamment dans ce qu'on appel la conservation préventive. La conservation préventive, c'est tout ce qu'on peut faire pour garder un objet dans le meilleur état possible avant de le restaurer. Donc parfois, il faut avoir des compétences techniques mais c'est plus des compétences générales en terme d'études littéraires, d'études historiques évidemment et puis il faut aimer rédiger, aimer lire, transmettre. Il faut quand même avoir envie de dire aux gens tout ce qu'on a fait et de faire partager les choses du patrimoine public.

Le CDD : Quels sont les conditions de travail pour ce métier ?

   
   Les horaires dépendent beaucoup du poste. Moi, j'ai des horaires vraiment très souples, je n'ai pas d'horaires stricts, on ne pointe pas. Il ne faut pas forcément que j'y soit à 8h30 parce que je ne suis pas en rapport direct avec le public. Les gens qui travaillent vraiment dès l'ouverture du château à 9h00, il faut qu'ils soient là à 9h00.
    C'est plutôt un travail d'intérieur. On peut être amené à porter une blouse , on peut travailler sur des objets qui sont très endommagés ou très mal. Les gens qui travaillent sur les objets portent une blouse voire un masque s'ils travaillent avec des colles ou des objets solvants. En général, sinon, on n'a pas de tenues particulières
    C'est un métier très varié, il n'y a pas une journée qui se ressemble, il faut être polyvalent.

Merci à Anne Bouillé de nous avoir consacré un peu de son temps pour répondre à nos questions.




Posté par CDD115 à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Interview d'Anne Bouillé

Nouveau commentaire